logo de Kienheim
Rechercher  

Accueil > Vivre à Kienheim > Vie associative > ASCSDK > Année 2018 > 17 mars 2018, un train d’enfants déguisés

17 mars 2018, un train d’enfants déguisés

Mise à jour : 29 mars 2018

Source : les Dernières Nouvelles d’Alsace du 22/03/2018 par J.K.

" Un froid vif avec une bise piquante samedi a contraint les enfants à revêtir doudounes, gants et bonnets durant ce voyage en train dans les rues de Durningen. Une pluie de confettis s’est abattue sur le village, la neige a pu être évitée à quelques heures près.

Estelle Foucher, présidente de l’ASCSDK (association socioculturelle et sportive de Durningen-Kienheim), arborant un joli chapeau rose, a donné le top départ pour les sept wagonnets emmenés par le tracteur de Benoit Schmitt.

L’équipement hivernal a quelque peu masqué les superbes costumes de la cinquantaine d’enfants : un adorable poussin, d’autres animaux, des chevaliers, des pirates, mais aussi, bien sûr, des princesses et fées…

La locomotive a emprunté la rue des Artisans, direction le bas du village pour une première halte « bonbons ». Les habitants ont joué le jeu, ils avaient préparé des douceurs et attendaient les petits carnavaliers. « J’ai eu des crocodiles », s’est exclamé Théo, déguisé en Ninja. « Moi des fraises Tagada », a renchéri Léane, ou plutôt Esméralda. « La chenille redémarre, en route les voyageurs ! », a lancé une bénévole en gilet jaune chargée de la sécurité.

Une dizaine de personnes du comité, encadraient ainsi les enfants et cheminaient sur les voies de chaque côté des wagons. Les parents leur emboîtaient le pas, ils veillaient également sur les bambins. « Ils sont tellement enthousiastes », a précisé Marie, une maman. Sur le parcours, des averses de confettis provenant des wagons arrosaient copieusement les accompagnateurs et les curieux.

Après avoir fait le tour de Durningen, avec des arrêts pour la collecte de bonbons, le long convoi carnavalesque a rejoint la salle. Un goûter, composé, carnaval oblige, de succulents beignets, friandises et boissons chaudes, attendait petits et grands.

Bien réchauffés, manteaux et anoraks au vestiaire, les costumés ont pu faire découvrir leurs magnifiques tenues. Le petit Hugo, toque sur la tête, portait un long tablier blanc avec une sérigraphie. « Je suis un cuisinier », précisait-il, tenant en main une énorme cuillère en bois. A côté, un ours brun, qui ne pouvait pas enlever son épaisse fourrure, n’était pas rassuré : il avait peur de finir à la casserole ! "

Portfolio