Accueil > Le Village > Revue de presse

Du nouveau dans les parterres

Mise à jour : 22 juillet 2013

Source : Dernières Nouvelles d’Alsace, article de Marie-Anne Le Berre, publiée le 21/07/2013

" Les parterres de Kienheim ont accueilli de nouvelles créations florales en mosaïculture ce printemps.

Le petit village de Kienheim, d’à peine 600 âmes, peut s’enorgueillir de son fleurissement. Gratifiée l’année dernière de la 3e fleur et du coup de c½ur du jury régional, la commune entend bien continuer à se distinguer.

Un travail d’orfèvre.
Dirigée par Jean-François Barthélémy, paysagiste de métier, une équipe de neuf bénévoles, majoritairement des retraités, a présenté de nouvelles créations ce printemps. Sur la place de la mairie, un parterre accueille un livre de quatre pages en mosaïculture. « La santoline, l’alternantera et le gazon qui constituent le livre nécessitent beaucoup d’entretien », explique Jean-François. Pour ce faire, « un agent communal arrose tous les jours et je taille tous les quinze jours aux ciseaux ». Avant cela, c’est un vrai travail d’orfèvre auquel se sont livrés les bénévoles. « Nous avons commencé le fleurissement à la mi-mai. Nous faisons tout nous-mêmes et il nous arrive de récupérer des objets à la déchetterie » précise le paysagiste à la retraite. « Pour les sculptures végétales, il faut commencer par la facture de la structure métallique, puis on l’habille de tissu pour retenir la terre. Enfin, on pique les boutures dans le tissu, les unes après les autres. » Quand on sait que toutes « les cultures sont retirées à l’automne et qu’il faut recommencer à zéro le printemps suivant, les bénévoles ont du mérite. » Jean-François en est bien conscient.

La contrebasse.
Plus loin, à côté de la roseraie, dans l’espace musical, une contrebasse en mosaïque a rejoint le piano, réplique exacte d’un quart de queue Pleyel, au bout de 15 jours de labeur.

La culture à l’honneur.
Un travail à la signature unique : sens aigu du détail, précision chirurgicale, recherche d’originalité. « Nous voulons créer des décors qui ne se font pas ailleurs », ambitionne l’amoureux des plantes. « Depuis deux ans, nous avons orienté notre activité autour de la culture », comme en témoignent le livre et les crayons, l’espace musique, le jardin médiéval avec ses plantes médicinales, la roseraie exhibant ses belles espèces anglaises David Austin… Toujours avec un même respect de l’écologie et une volonté de développer les plantes mellifères.

Et pour l’année prochaine, un encrier et une plume devraient orner le livre, des panneaux explicatifs s’implanter dans le jardin médiéval… Mais le virtuose à la main verte n’en dira pas plus, car il « aime créer la surprise » et aussi « ne pas être copié ». "